Tour des Écrins, version longue : 287km FAI …

20140717_194350_2

Jeudi 17 juillet matin, réveil à 5h30. Ça fait mal, je n’ai dormi que cinq heures … c’est ça l’organisation ! Direction le col du Galibier avec certains noms français du vol de distance (J.F., G.P., T.P. et A.G. pour ne pas les citer ;-) ) : c’est pour moi une super opportunité. J’espère être à la hauteur …

 

Arrivé 20140717_08561220140717_091137au parking, il faut marcher quelques 300m de dénivelé pour rejoindre le déco … je suis déjà déstabilisé en voyant un certain J.F. au chapeau singulier accepter de faire un tel effort : la journée va être exceptionnelle, c’est maintenant garanti ! Bucolisme assuré dans ces alpages de moyenne altitude sur fond Meije et d’Écrins…

 

9h30 20140717_095851 : les vautours sont déjà en grappe au-dessus du déco, c’est parti ! Il est tôt, les thermiques sont bien présents mais doux, il faut prendre le temps de se réveiller et d’assurer, la journée est précieuse ! Sortie du premier thermique à plus de 3000m de bon matin, l’ambiance « montagne » est annoncée !

 

 

 

Direction20140717_10543220140717_110735 plein nord, nous laissons les Aiguilles d’Arves que l’on touche de la main gauche pour enjamber la Maurienne. Nous prenons ensuite pied sur la poule dessinée par les deux vallées de la Maurienne et de la Tarentaise. Les paysages s’adoucissent avec les alpages d’altitude verdoyants où l’on devine les Tarines préparer le bon Beaufort d’été, mmmh :-) … Le Mont Blanc se rapproche, il est bientôt temps de prendre cap au Sud… En faisant demi tour, on s’aperçoit que les Écrins sont déjà assez loin. En fait, durant tout le vol, le massif des Écrins sera un point de repère autour duquel nous tournerons mais à une distance plutôt surréaliste…

 

Nous 20140717_12475520140717_124825voila maintenant satellisés au-dessus des faces Est de Belledonne (il est 12h, le timing est bon). A 3800m, on peut voir la maison et faire coucou à Saint Hilaire ! De l’autre côté, le massif des Grandes Rousses avec en toile de fond… les Écrins ! On remarquera une constante dans les images : une Enzo2 couleurs « feu » qui se vante souvent d’être la plus belle ; à chacun d’en juger …

 

Les 20140717_13145520140717_143229faces Est de Belledonne passent très vite (trop ?). On sort rapidement de l’ambiance montagne qui m’est plus familière pour passer en mode « plaine », ce qui m’inquiète un peu … On s’appuie sur une dernière vraie montagne (le Taillefer) avant de s’élancer en plein milieu du Triève. Jusque là tout va bien, la fatigue commence à se faire sentir mais reste raisonnable, je bois un coup, mange une barre, fais un séance d’étirements, matte un film, enchaîne sur une série de pompes, une douche et ça repart … Le décor est splendide et varié, les conditions sont académiques. Les thermiques ne décalent pas, sont de force moyenne à l’entrée par le bas, se renforcent pour donner des bons vario puis se calment une fois au sommet : comme dans les livres ! Je mentalise la fin du parcours que je connais moins : un point à la Mure puis cap plein Sud, fosbury sur l’Obiou et direction les Richard, etc…

 

Penses20140717_14520520140717_150037 tu !!! Tu n’es pas parti voler avec des oisillons … On tire dans un premier temps jusqu’au sud du Serpaton … puis au Grand Veymont … lorsque Thomas nous propose de traverser le Parc du Vercors !!! C’est certes alléchant vu les conditions mais le bouclage devient franchement douteux (en tout cas de mon point de vue naif … :-) ). Je savoure déjà les quelques étapes clefs du vol que je rêvais de faire … Je les valide au final toutes, une à une, en un seul vol !!! La traversée du Triève (en vol, hein, parce que à pied j’ai déjà donné… amis Airtouriens 2013 …), la traversée du parc du Vercors (en vol, hein, parce que à pied j’ai déjà donné … amis Airtouriens 2014…) … hôôô … la Tête de la Dame, même sous le cum à 3000m, elle a l’air au bout du monde ! Et dire qu’il y a des ahuris qui ont fait ça en marchant …

On20140717_155102 20140717_162045parvient finalement à arrêter l’ovni Thomas au col du Rousset (lui, visiblement, avait parfaitement calculé son coup !). Cette deuxième branche de triangle est simplement monstrueuse et à ce moment là, nous ne sommes qu’à la moitié du vol … Cap sur Embrun ! La limite 300m/sol du parc du Vercors ?… pas vu, trop haut, trop instable, trop bon ! On trace un azimut droit sur le Jocou et on aperçoit déjà le Dévoluy. Ah tiens, ça aussi ça faisait partie de mes fantasmes de pilote : survoler ces paysages lunaires est simplement magique ! Mais au fait, on est bien toujours dans le même vol ?… Grande transition en survolant la vallée de Lus : petit pissou, étirements, deuxième série de pompes, hydratation et … petite pâte d’amandes oubliée au fond du cockpit, mmmh … elle passe bien celle-la ! Le voyant de ceinture de sécurité s’allume de nouveau et l’hôtesse nous invite à s’asseoir : « Nous allons arriver au Pic de Bure, zone de turbulences, veuillez regagner vos places et attacher vos ceintures … »

 

Ce paragraphe ne contient volontairement pas d’image pour ne pas heurter les âmes sensibles : chemin faisant de Lus vers le Mont Guillaume … je me sens de plus en plus brassé, fatigué … j’ai même une sueur froide qui commence sérieusement à me faire douter de ma capacité à achever ce vol. Est-ce la fatigue couplée au manque de sommeil pour un vol aussi long ?… est ce +7m/s bien sec du Pic de Bure ?… cela fait maintenant une heure que je lutte contre mon malaise qui empire. Résigné et sachant ce que la fin du vol nous réserve (brise dans la vallée de Guillestre et passage de col en haute montagne vers les Agneaux), je trouve plus sage d’aller me poser. J’annonce, dépité et la larme à l’œil, à Jacques que je ne tiendrai pas et entame une descente pour poser à Ancelle … Je n’ai même pas le temps de poser que je régurgite cette foutue pâte d’amandes qui s’avérait être complètement daubée. Ce n’était qu’une indigestion … Instantanément requinqué et heureux comme un gamin, demi-tour couteau entre les dents et direction le thermique que je viens de quitter. Je récupère mes compagnons, complètement excité ! Tout de même fatigué par cet épisode, je tronque la dernière pointe du triangle pour essayer de boucler. Un fin soupçon d’amertume est inévitable lorsque je me rend compte que le simple petit décroché au dessus de Guillestre avec les autres m’aurait fait passer la barre symbolique des 300km FAI … m’enfin bon,  j’ai déjà de la chance d’être ressuscité et de nouveau apte au vol !

La 20140717_18502920140717_194634branche Sud du triangle est maintenant terminée. Cap plein Nord pour rejoindre les Écrins qui se sont déjà beaucoup rapprochés. Il faut jouer dans la brise de la vallée de Guillestre mais il y a des appuis dynamiques de partout, ce qui rend cette remontée bien ludique ! Arrivé à l’Argentière, carrefour très imposant de lignes de vol : à droite, direction Briançon poussé par la brise dans un premier temps vers un endroit civilisé … à gauche, la vallée de Vallouise montant droit vers le Pelvoux et les Écrins. Cette dernière est la clef pour boucler sur le Lautaret ou le Galibier car côté Briançonnais, on serait vite contré par la brise forte redescendant depuis le Lautaret. Il faut donc s’engouffrer dans le paysage à la fois magnifique et austère qu’offre la vallée de Vallouise en fin de journée pour passer le col de la Pyramide sous la Montagne des Agneaux.

Le décor 20140717_19435020140717_193949somptueux de fin de journée en haute montagne dans des thermiques adoucis est une récompense fabuleuse. On exulte en radio mais sans trop d’énergie, nous sommes épuisés … Les fonds de vallée disparaissent petit à petit dans l’ombre alors que l’Enzo2 couleur « feu » pique encore les yeux :-) … Il est bientôt 20h, nous enroulons un des derniers thermiques à la limite du Glacier du Monêtier, face au Glacier Blanc et à la Barre des Écrins, un de mes endroits préférés en montagne. Que d’émotions …

 

Une 20140717_203908fois le Lautaret rejoint par le vallon du refuge de l’Alpe de Villar-d’Arêne, on profite des derniers rayons de soleil nous maintenant en l’air. On relâche la pression, on s’octroie une petite séance photo pour 20140717_203813immortaliser ce moment qui restera certainement gravé longtemps dans nos mémoires.

 

 

 

 

 

On P1290441P1290463se pose à 21h00 après 11h30 de vol d’une variété hors pair ! Nous faisons là chacun nos records personnels de distance dans un cadre somptueux … Plus de 300km en triangle FAI pour Jacques, Guy et Thomas. Ils battent certainement un record ! Pour ma part, je me contente d’un « modeste » 287km FAI, bien au-delà de mes ambitions du matin … Antoine, à cause de problèmes techniques, assure un bouclage plus courte mais déjà magnifique. On en a pris plein la vue, nous sommes des pilotes comblés !

5 commentaires

  1. beau vol, beau récit, bravo.
    A bientôt
    Pascal.

  2. On vous a vu depuis la terrasse du refuge des 7 laux! J’avais ma voile pour un modeste mais sympathique vol
    En vous voyant débarquer en escadrille, on s’est d’abord dis, « Wouah, la journée va être fumante! » puis « Mais d’où ils sortent au fait!? »
    Superbe récit et bravo pour le vol!

  3. Joli récit, joli vol. Bravo pour l’opportunisme et la ténacité.

  4. J’ai parcouru ton blog avec beaucoup de plaisir et un soupçon de jalousie ;)
    Félicitation et merci pour ces jolis récits.
    Bonne chance pour la suite de tes projets!!!!

    Isabelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>